Vatican

Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 43 min 5 sec

Pape François- Donald Trump : une rencontre sous le signe de la paix

il y a 30 min 6 sec
(RV) Près de trente minutes d’entretien en privé, et une première rencontre qui fait date : Donald Trump a été reçu ce matin par le Pape François au Vatican. Une rencontre très attendue, la première entre les deux hommes, qui a débuté dans une ambiance crispée avant d’afficher un plus franc sourire à l’issue de leur tête-à tête.  C’est en effet un Pape à la mine grave qui a accueilli le président américain, comme s’il était pressé de s’entretenir avec son hôte, à l’abri du regard des photographes. François et Donald Trump ont finalement passé une demi-heure en tête à tête. Au menu des discussions : l’engagement en faveur de la liberté religieuse et de conscience, mais aussi l’engagement de l’Eglise catholique américaine dans les domaines de la santé de l’éducation et de l’aide aux migrants. Mais c’est bien la paix qui a dominé les entretiens à en croire les quelques images publiées lors de cette rencontre. Comme un symbole, le Pape a offert au président américain un médaillon représentant un olivier, symbole de paix et son message pour la journée mondiale de la paix, qu’il a signé personnellement. « Je vous le donne pour que vous soyez un instrument de paix » a dit le Pape a son hôte, qui rentre d’Arabie Saoudite après avoir signé un contrat record de ventes d’armes. « On a besoin de paix », a répondu le président américain. Une rencontre qui malgré les différends s’est achevée dans une atmosphère plus détendue. « Je n’oublierai pas ce que vous avez dit » a affirmé Donald Trump au Souverain Pontife en le saluant, juste avant que le président américain ne s’entretienne avec le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège. Une rencontre de 50 minutes cette fois-ci, pour rentrer dans le vif des sujets.  (OB-MA) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Ce 24 mai, l'Eglise prie pour les catholiques de Chine

il y a 49 min 55 sec
(RV) « Avec les catholiques en Chine, confions-nous à Marie, pour avoir la grâce de supporter avec patience et vaincre les difficultés avec amour », écrit le Pape François dans un tweet sur son compte @Pontifex. Ce mercredi 24 mai, l’Eglise universelle célèbre la Journée de prière pour l’Eglise en Chine, en la mémoire liturgique de Notre Dame de Sheshan, patronne de la Chine, dont le sanctuaire est situé près de Shanghai. Les prières de François L’an dernier, le 22 mai 2016 après la prière de l’Angélus, le Pape François demandait à Marie « de donner à ses enfants en Chine la capacité de discerner en toute situation les signes de la présence amoureuse de Dieu qui accueille et pardonne toujours ». En pleine Année sainte de la miséricorde, il souhaitait que « les catholiques chinois, et avec eux tous ceux qui suivent d’autres nobles traditions religieuses, puissent devenir un signe concret de charité et de réconciliation. Et ainsi promouvoir une vraie culture de la rencontre et l’harmonie dans toute la société, cette harmonie qui plaît tant à l’esprit chinois. » La lettre de Benoît XVI Cette Journée mondiale de prière pour la Chine a été instituée en 2007 par Benoît XVI qui adressait une lettre aux catholiques chinois. Il y manifestait sa «vive reconnaissance au Seigneur pour le témoignage de fidélité dans la souffrance donné par la communauté catholique chinoise» , affirmant ressentir dans le même temps « comme étant de mon devoir profond et indéfectible et comme l'expression de mon amour de père, l'urgence de confirmer dans la foi les catholiques chinois et de favoriser leur unité par les moyens qui sont propres à l'Église. » Le Souverain pontife ajoutait avoir le souhait de « voir rapidement instaurées des voies concrètes de communication et de collaboration entre le Saint-Siège et la République Populaire de Chine », car « l'amitié se nourrit de contacts, du partage des sentiments dans les situations heureuses et tristes, de solidarité, d'aide réciproque. » Benoît XVI proposait alors cette prière : Vierge Très Sainte, Mère du Verbe incarné et notre Mère, vénérée dans le sanctuaire de Sheshan sous le vocable d’« Auxiliatrice des chrétiens », toi vers qui toute l’Église qui est en Chine regarde avec une profonde affection, nous venons aujourd’hui devant toi pour implorer ta protection. Tourne ton regard vers le peuple de Dieu et guide-le avec une sollicitude maternelle sur les chemins de la vérité et de l’amour, afin qu’il soit en toute circonstance un ferment de cohabitation harmonieuse entre tous les citoyens. Par ton « oui » docile prononcé à Nazareth, tu as permis au Fils éternel de Dieu de prendre chair dans ton sein virginal et d’engager ainsi dans l’histoire l’œuvre de la Rédemption, à laquelle tu as coopéré par la suite avec un dévouement empressé, acceptant que l’épée de douleur transperce ton âme, jusqu’à l’heure suprême de la Croix, quand, sur le Calvaire, tu restas debout auprès de ton Fils, qui mourait pour que l’homme vive. Depuis lors, tu es devenue, de manière nouvelle, Mère de tous ceux qui accueillent dans la foi ton Fils Jésus et qui acceptent de le suivre en prenant sa Croix sur leurs épaules. Mère de l’espérance, qui, dans l’obscurité du Samedi Saint, avec une confiance inébranlable, es allée au-devant du matin de Pâques, donne à tes enfants la capacité de discerner en toute situation, même la plus sombre, les signes de la présence aimante de Dieu. Notre-Dame de Sheshan, soutiens l’engagement de tous ceux qui, en Chine, au milieu des difficultés quotidiennes, continuent à croire, à espérer, à aimer, afin qu’ils ne craignent jamais de parler de Jésus au monde et du monde à Jésus. Dans la statue qui domine le sanctuaire, tu élèves ton Fils, le présentant au monde avec les bras grands ouverts en un geste d’amour. Aide les catholiques à être toujours des témoins crédibles de cet amour, en les maintenant unis au roc qui est Pierre, sur lequel est construite l’Église. Mère de la Chine et de l’Asie, prie pour nous maintenant et toujours. Amen! (MA-MD)     (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Audience générale : L'espérance passe toujours par des défaites

il y a 1 heure 15 min
(RV) Comme chaque semaine, le Pape François a tenu l’audience générale, Place Saint-Pierre, ce mercredi 24 mai 2017, toujours sous le thème général de l’Espérance chrétienne. Le Souverain Pontife a centré sa catéchèse sur l’épisode biblique des disciples d’Emmaüs, dans l’Evangile selon Saint Luc: une véritable « thérapie de l’Espérance », selon le Pape. L'espérance humaine Sur la route de Jérusalem à Emmaüs, deux disciples marchent tristement. Ils ont le cœur lourd, peiné, rempli de déception. Ils avaient placé tous leurs espoirs en Jésus, et voilà que le Messie tant attendu, celui qui devait apporter la libération à Israël a été mis à mort. « Cette croix hissée sur le Calvaire était le signe le plus éloquent d’une défaite qu’ils n’avaient pas prévue », analyse le Pape, et cette fête de Pâque, où devait résonner le chant de la libération, « devint au contraire le jour le plus triste de leur vie », car « ces deux pèlerins avaient une espérance humaine ». Voici que Jésus apparait sur le chemin et fait route avec eux. « La rencontre de Jésus avec ces deux disciples semble tout à fait fortuite », mais, observe François, elle s'avère en réalité être « une thérapie de l’Espérance », et c’est Jésus lui-même qui la fait. Il connait certes le motif de leur tristesse et de leur déception, mais « il questionne et écoute », et leur laisse ainsi « le temps de sonder leur amertume ». L'espérance passe par des défaites Le Christ « marche avec toutes les personnes découragées qui avancent la tête baissée. Et en marchant avec elles, de manière discrète, il réussit à leur redonner l’espérance ». Il leur parle avant tout « à travers les Saintes Ecritures ». « Qui prend en main le Livre de Dieu , précise François, ne rencontrera pas des histoires d’héroïsme facile, ou de conquêtes fulgurantes  ». « La vraie espérance n’est pas à bas prix, elle passe toujours par des défaites », a-t-il ajouté. Car le Seigneur ne veut pas être aimé comme « un chef qui entraine son peuple à la victoire, en anéantissant ses adversaires dans le sang ». Notre Dieu a choisi plutôt la place que tous méprisent, une présence fragile, celle « d’une lampe qui brûle un jour froid et venteux ». Dieu marche toujours à nos côtés Après avoir ouvert le cœur des disciples à l’intelligence des Ecritures, le Christ « répète les gestes de l’Eucharistie », en prenant le pain, le bénissant, le rompant et en le donnant. « N’est-ce pas là toute l’histoire de Jésus ? Et également ce que doit être l’Eglise ?  » se demande le Pape. « C’est une rencontre rapide, mais qui contient en elle tout le destin de l’Eglise », affirme-t-il, car ce récit, poursuit le Saint-Père, nous dit que la « communauté chrétienne n’est pas enfermée dans une citadelle fortifiée, mais qu’elle marche sur la route, y rencontre les personnes, avec leurs espérances et leurs déceptions .» « Nous tous , a conclu le Pape, dans notre vie, nous avons eu des moments difficiles, sombres ; des moments où nous marchions tristes, pensifs, sans horizon, avec seulement un mur devant nous. Et Jésus est toujours à côté de nous pour nous donner l’espérance, pour nous réchauffer le cœur et dire ‘avance, je suis avec toi’.  » Voilà en somme le message d’Emmaüs : « Dieu marchera avec nous, toujours, même dans les moments les plus douloureux, (…), même dans les moments de défaite : là se trouve le Seigneur. Et c’est cela notre espérance. » (MA) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Homélie Ste Marthe : passer d’une vie tiède à l’annonce joyeuse de Jésus

mar, 23/05/2017 - 18:21
(RV) Tant de personnes consacrées ont été persécutées pour avoir dénoncé des attitudes mondaines, car le Malin préfère une Eglise tiède et qui ne prend pas de risque : c’est ce qu’a affirmé le Pape François, au cours de son homélie, ce mardi 23 mai 2017, lors de sa messe quotidienne, célébrée dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. Le Pape s’est attardé sur le chapitre 16 des Actes des Apôtres, lorsque Paul et Silas, se trouvant à Philippes, rencontrent une jeune esclave, « possédée par un esprit de divination » ; celle-ci se met à les suivre dans la rue en criant : « ces hommes sont des serviteurs de Dieu ». Paul, « excédé », se retourne alors et chasse l’esprit mauvais. Car l’apôtre, observe le Pape, a compris que ce n’était pas là le chemin de conversion pour cette ville, parce qu’ainsi, « tout se déroulait dans la tranquillité », sans difficultés. Persécutés pour avoir proclamé la vérité Cela se répète dans l’histoire du Salut, a expliqué le Pape, quand le peuple de Dieu était tranquille, quand il ne prenait pas de risque, et « servait la mondanité », Dieu envoyait des prophètes qui étaient persécutés, parce qu’ils dérangeaient. Et le Pape d’évoquer l’exemple du Bienheureux Oscar Romero, archevêque de San Salvador, assassiné par les escadrons de la mort, parce qu’il dénonçait les violences commises contre les pauvres, et proclamait la vérité. « Le Malin préfère une Eglise tranquille, qui ne prend pas de risques, une Eglise des affaires, une Eglise commode, tiède », affirmé le Saint-Père. Toujours au chapitre 16 des Actes des Apôtres, on raconte ensuite que les maitres de la jeune esclave se mirent en colère : ils virent « s’en aller l’espoir de leurs bénéfices », puisque leur servante ne pouvait plus pratiquer la divination. Et le Pape de souligner que « l’esprit mauvais entre toujours par les poches » ; « lorsque l’Eglise est tiède, tranquille, bien organisée, il n’y a pas de problème », a-t-il encore remarqué. L'annonce joyeuse de l'Evangile Paul et Silas, après avoir été battus, furent emprisonnés ; mais, au milieu de la nuit, un tremblement de terre fit tomber leurs chaines. Le geôlier, témoin de cette libération miraculeuse, demanda alors des explications à Paul et Silas, et se convertit, ainsi que toute sa famille. Il se fit baptiser, et « avec toute sa maison, laissa déborder sa joie de croire en Dieu ». « C’est cela le chemin de notre conversion quotidienne , a assuré le Pape. Passer d’une vie mondaine, tranquille, catholique mais tiède, à une une vraie annonce du Christ, à la joie de l’annonce du Christ. Passer d’une religiosité qui regarde trop au gain, à la foi et à la proclamation :’Jésus est le Seigneur’ . » Le Pape invite donc les fidèles à relire le chapitre 16 des Actes des Apôtres pour voir « comment le Seigneur, avec ses martyrs, fait aller l’Eglise de l’avan t» : « une Eglise sans martyrs ne donne pas confiance ; une Eglise qui ne prend pas de risque, ne donne pas confiance, une Eglise qui a peur d’annoncer Jésus Christ, qui a peur de chasser les démons, les idoles, l’argent, n’est pas l’Eglise de Jésus », a-t-il conclu (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Douleur du Pape après l'attentat du Manchester Arena

mar, 23/05/2017 - 16:31
(RV) le Pape François exprime sa tristesse après l’attentat survenu ce lundi 22 mai, au Manchester Arena, lors d’un concert de musique pop ; l'attaque terroriste, perpétrée au moyen d'un engin explosif, a été revendiquée par l’Etat islamique, et a fait au moins 22 morts et 60 blessés. Dans un télégramme signé par le Cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le Souverain Pontife dénonce une « attaque barbare » et « un acte de violence insensé ». Saluant les « généreux efforts » déployés par les équipes de secours, François donne l’assurance de sa « sincère solidarité », et de ses prières pour les blessés et tous ceux qui ont été tués. Le Saint-Père, pensant en particulier aux enfants et aux jeunes qui figurent parmi les victimes, et à leurs familles en deuil, invoque les « bénédictions divines de paix, de guérison et de force » sur toute la nation anglaise.  (MA) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le Pape invite les évêques italiens à être ouverts, humbles et en communion

mar, 23/05/2017 - 12:50
(RV) La 70e Assemblée plénière des évêque italiens (CEI) s’est ouverte au Vatican, ce lundi 21 mai 2017. C’est au cours de cette rencontre importante que sera désigné le nouveau président de la conférence épiscopale italienne, qui succèdera à l’archevêque de Gênes, le Cardinal Angelo Bagnasco. Depuis la salle du synode au Vatican, le Saint-Père, préférant que son discours soit remis aux évêques, a improvisé ce lundi quelques mots, remerciant tout d’abord le cardinal Bagnasco pour ses 10 années de service; avant d’insister sur l’importance d’un dialogue sincère entre tous, l’importance de parler des choses en toute franchise, sans peur. «Je suis disposé à écouter toutes les opinions, même celles qui ne me plaisent pas forcément» , a affirmé François avec simplicité. «Le Pape est le Serviteur des serviteurs de Dieu (…) Je suis prêt à répondre à vos questions, à vos préoccupations» , a rappelé François, encourageant à une parole libre pendant le huis-clos qui a suivi cette introduction. Le Pape exhorte au courage et à la persévérance Dans son discours, le Pape François a exhorté les évêques italiens à faire des choix courageux, à se laisser «déranger»  par les évènements et les personnes. «Que personne ne reste invisible ou marginalisé à vos yeux», a déclaré le Saint-Père, invitant à «aller à la rencontre de chacun avec la bonté et la compassion du père miséricordieux». «Nous sommes appelés à la persévérance» , a indiqué le Pape, tout en souhaitant que cette assemblée témoigne d’un «souffle synodale» qui révèle «le dynamisme de communion qui guide nos décisions» . «Que ces journées soient empruntes de confrontations ouvertes, humbles et franches. Ne craignez-pas les moments de divergences, remettez-vous à l’Esprit qui ouvre à la diversité et réconcilie dans la charité fraternelle.» Le Saint-Père, qui a mis en garde contre «la mondanité spirituelle (..) les logiques de pouvoir et de succès»,  a rappelé l’importance de «l’accueil, de l’obéissance concrète, de la fidélité vécue». «Faisons du savoir des pauvres notre trésor, favorisons l’inclusion(…) et ouvrons nous pleinement au don de la mission.»  Et c’est sur une invitation à la prière que le Pape a conclu son discours. «Priez pour moi, qui suis appelé à être le gardien, le témoin et le garant de la foi et de l’unité de toute l’Église» a-t-il déclaré. (HD-MA) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le président irlandais reçu au Vatican

lun, 22/05/2017 - 20:24
(RV) Le président de la République d’Irlande, Michael D. Higgins, a été reçu en audience ce lundi 22 mai 2017 au Vatican par le Pape François. Lors de leur entretien, les deux hommes ont évoqué les relations constructives qui unissent le Saint-Siège et l’Irlande et leur collaboration. Ils ont abordé également des thèmes sur lesquels ils partagent un intérêt commun, comme la sauvegarde des droits de l’Homme et de la dignité de la personne humaine à chaque stade et condition de sa vie, la question migratoire et l’accueil des réfugiés, la protection de l’environnement et le développement durable. Le président irlandais et le Pape ont porté tout particulièrement leur attention sur les jeunes et les familles, ainsi que sur l’importance de critères éthiques pour affronter les défis que la mondialisation comporte, surtout au niveau économique. Le dernier thème abordé fut celui de la construction européenne. Comme le veut la coutume, Michael D. Higgins s’est entretenu après sa rencontre avec le Pape, avec le secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin et avec le secrétaire pour les Relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher. (MA-XS) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Homélie Ste Marthe : l’Esprit-Saint n’entre pas dans un cœur fermé

lun, 22/05/2017 - 18:11
(RV) Seul l’Esprit-Saint nous enseigne à dire que « Jésus est le Seigneur » : c’est ce qu’a affirmé le Pape François, lors de sa messe quotidienne, ce lundi 21 mai 2017, dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. Le Souverain Pontife a souligné que nous devons ouvrir notre cœur pour écouter  l’Esprit-Saint, et ainsi rendre témoignage au Christ. « Je ne vous laisserai pas orphelins, je vous enverrai un paraclet, l’Esprit-Saint, qui sera votre défenseur », promet Jésus à ses disciples, au soir du Jeudi Saint, lors de son discours d'Adieu (Jn 13-17), sur lequel François est longuement revenu au cours de son homélie. Le Pape a notamment mis l’accent sur le « Paraclet », l’Esprit-Saint, qui « nous accompagne et nous donne l’assurance d’être sauvés par Jésus ». L’Esprit-Saint, don de Jésus, est le compagnon de route de l’Eglise L’Esprit-Saint seul nous enseigne à dire que Jésus est le Seigneur, a répété le Pape. « Sans Lui, aucun de nous n’est capable de le dire, de le sentir, de le vivre. Jésus, dans d’autres passages de ce long discours, dit de Lui : ‘Il vous conduira à la Vérité toute entière’, ‘Il vous rappellera tout ce que je vous ai dit, Il vous enseignera tout’. Cela veut dire que l’Esprit-Saint est le compagnon de route de chaque chrétien, et de toute l’Eglise. Et c’est ce don que Jésus nous fait ». Ouvrir son cœur à l’Esprit « Mais où l’Esprit habite-t-il  ?» s’est interrogé le Pape. Dans la première lecture, tirée des Actes des Apôtres, nous rencontrons la figure de Lydie, « une négociante en étoffes de pourpre » ; « le Seigneur lui ouvre l’esprit » et le cœur pour qu’elle adhère à la Parole de Dieu. « L’Eglise l’appelle ‘l’hôte très doux de nos cœurs’ : Il est là. Mais il ne peut entrer dans un cœur fermé. ‘Et où peut-on en acheter les clés pour ouvrir le cœur ?’. Non : cela aussi est un don. ‘Seigneur, ouvre mon cœur, afin que l’Esprit puisse entrer et me fasse comprendre que Jésus est le Seigneur’ ». Cela, a rappelé le Souverain Pontife, est une prière que nous devons faire en ces jours : « Seigneur, ouvre mon cœur afin que je puisse comprendre ce que Tu m’as enseigné. Afin que je puisse me rappeler Tes paroles. Afin que je puisse les suivre. Afin que je puisse arriver à la vérité toute entière  ». Se demander si notre cœur est vraiment ouvert à l’Esprit Et le Pape d'inviter les fidèles à se poser deux questions, à la lumière des lectures du jour : “ Premièrement : est-ce que je demande au Seigneur la grâce d’ouvrir mon cœur ? Deuxièmement : Est-ce que je cherche à écouter l’Esprit-Saint, ses inspirations, les choses qu’Il murmure à mon cœur afin que j’aille de l’avant dans ma vie de chrétien, et que je puisse témoigner  que Jésus est le Seigneur ? Pensez à ces deux choses aujourd’hui : mon cœur est ouvert, et je fais l’effort d’écouter l’Esprit-Saint, ce qu’Il me dit. Et ainsi, nous irons de l’avant dans notre vie de chrétien, et nous rendrons témoignage à jésus Christ. » (MA)   (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le Pape encourage les consacrés à être prophètes d'Espérance

lun, 22/05/2017 - 17:31
(RV) Le Pape François recevait en audience ce lundi matin 21 mai 2017 les participantes au Chapitre général des Sœurs disciples du Divin Maitre, une congrégation fondée en Italie par le père Giacomo Alberione (1884-1971). Ce Chapitre général se tient à Rome, depuis le 10 mai jusqu’au 28 mai prochain sur le thème «du vin nouveau dans des outres neuves». Le 10 mai, à l’ouverture du Chapitre, Sr Micaela Monetti a été réélue mère générale de la Congrégation. Ecoute et partage Dans son discours, le Pape a d’abord souhaité que ce chapitre général porte des « fruits » de communion. Communion entre les sœurs elles-mêmes avant tout, dans le respect de chacune, de leurs origines et de leurs cultures, -la congrégation étant présente dans 31 pays-, « en cultivant l’attention et l’accueil réciproque ; en pratiquant la correction fraternelle et le respect pour les sœurs les plus faibles , (…) en bannissant de la communauté les divisions, les jalousies et les commérages  (…)». Communion entre les frères et sœurs de la communion paulienne, dont fait partie cette congrégation, communion « avec les autres charismes » au service de l’évangélisation, et enfin, communion « avec les hommes et femmes de notre temps ». Le Chapitre, a encore rappelé le Pape, est un « temps d’écoute du Seigneur qui parle à travers les signes des Temps », mais également un temps d’écoute et de partage avec les autres sœurs. En ces temps de grands défis, qui requièrent des consacrés « une fidélité créative et une recherche passionnée », l’écoute et le partage « sont plus que jamais nécessaires », assure François, « si nous voulons que notre vie soit pleinement significative pour nous-mêmes et pour les personnes que nous rencontrons ». Il est donc nécessaire, à cette fin, de maintenir un « climat de discernement », afin de reconnaitre « ce qui vient de l’Esprit Saint, et ce qui lui est contraire », et ne pas céder à la « culture du zapping ». « Ne vous fatiguez jamais de demander, chacun et en communauté : ‘Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Que veux-tu que nous fassions ?’ ». Prophètes de la joie et de l'Espérance Le Chapitre est enfin le moment propice pour « renouveler la docilité à l’Esprit –Saint, qui anime la prophétie ». Et le Pape de mentionner la prophétie de la joie, qui « nait de la rencontre avec le Christ dans une vie de prière personnelle et communautaire, dans l’écoute quotidienne de la Parole, dans la rencontre avec les frères et sœurs, (…) qui inclut la fragilité, et dans l’étreinte des pauvres qui sont la chair du Christ ». « La joie est une belle réalité, mais également un grand défi pour nous », admet le Pape. « Une joie authentique, pas autoréférentielle, ou qui se complait en elle-même », prend-t-il soin de préciser. Le Souverain Pontife  a enfin encouragé les Sœurs disciples du Divin Maitre à être prophètes d’Espérance. « Avec confiance et force je vous répète : ne vous unissez pas aux prophètes de malheur, qui causent du tort à l’Eglise et aux consacrés ; ne cédez pas à la tentation de l’assoupissement, -comme les apôtres à Gethsémani. Fortifiez votre vocation de ‘sentinelles du matin’ (…). Réveillez le monde, illuminez l'avenir ! », a enfin conclu le Saint-Père. (MA) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le Pape en visite dans une paroisse de la banlieue de Rome

dim, 21/05/2017 - 21:43
(RV) Le Pape François s’est rendu, en cette fin d’après-midi du dimanche 21 mai 2017, en visite dans la paroisse saint Pierre Damien de Casal Bernocchi, en banlieue de Rome, près d’Ostie. Le Saint-Père, qui a passé plusieurs heures sur place, a d’abord participé à un temps de dialogue avec les jeunes de la paroisse sur un terrain de sport du quartier, appelant à «respecter les personnes» , y compris celles qui ne nous aiment pas. Le Pape a rappelé, avec fermeté, que quand on est en conflit avec quelqu’un, il ne faut jamais «téléphoner à la mafia pour qu’elle fasse quelque chose» . À l’inverse, le Pape a appelé à profiter des joies simples de la vie, comme le fait de jouer au football en équipe, de vivre des moments de fraternité en famille, ou de suivre sa voie vers la vocation que l’on ressent en tombant amoureux, ou en se sentant appelé à la prêtrise ou à la vie religieuse. François a rappelé l’importance de la prière et de l’obéissance aux parents, et en donnant sa bénédiction, il a demandé aux jeunes de se prendre par la main et de prier en silence pour leurs parents, leurs amis, mais aussi leurs ennemis, pour que sa bénédiction «puisse descendre aussi sur eux, sur tous» . Le Pape s’est ensuite rendu dans les locaux de la paroisse pour y rencontrer des personnes malades, des catéchumènes et des pauvres assistés par la Caritas. Il a également reçu quatre personnes en confession. Lors de la messe qui a suivi, le Pape a improvisé une homélie durant laquelle il est revenu une nouvelle fois sur l’importance du témoignage fraternel en paroisse, rappelant que si la paroisse est un lieu de conflits et de jalousies, elle fera fuir les gens, dont certains, déçus par les chrétiens, se réfugieront dans l’incroyance. Appelant à agir toujours «avec douceur et respect» , le Pape a rappelé qu’il faut «prendre soin de l’Esprit Saint en soi» , et «adorer le Christ dans nos cœurs» . L’Esprit Saint doit être le «doux hôte de l’âme» , a expliqué le Saint-Père. Le diable, lui, cherche toujours à nous diviser, à provoquer des tensions, à nous affaiblir. Le Pape a évoqué l’image du serpent chassé par le Vierge, représenté sur la statue qu’il avait encensée au début de la messe, un serpent «avec la bouche ouverte et la langue qui sort» . Le Pape a invité à lutter contre la tendance de nombreux paroissiens aux bavardages et aux médisances, appelant à prier devant cette image de la Madone pour lui demander de ne pas devenir comme ce serpent. Ce n’est qu’avec une «attitude de respect et de douceur» , aussi bien à l’égard des chrétiens que des non-chrétiens, qu’il est possible de garder l’Esprit Saint au plus profond de son cœur.  (CV) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le Pape prie pour la Centrafrique et les catholiques de Chine

dim, 21/05/2017 - 15:39
(RV) «Que les armes se taisent et que prévale la bonne volonté pour dialoguer» . Le Pape François, au terme de la prière du Regina Coeli, a lancé un appel pour la République Centrafricaine, en provenance de laquelle arrivent des « informations douloureuses » . Le Pape, qui a visité le pays en novembre 2015, affirmant le porter dans son cœur, a exprimé sa proximité «avec la population, avec les évêques et avec tous ceux qui redoublent d’efforts pour la cohabitation pacifique». François a dénoncé les affrontements armés qui ont provoqué de nombreuses victimes, causé des déplacement de population et qui menacent le processus de paix. La communion avec les catholiques de Chine Exprimant une autre préoccupation, concernant cette fois la situation des catholiques de Chine, François a annoncé qu'il s’unira à eux par la prière mercredi prochain 24 mai, journée mondiale de prière pour l'Eglise de Chine instituée par Benoît XVI à l’occasion de la fête de la Bienheureuse Vierge Marie, «Soutien des chrétiens» , vénérée au sanctuaire de Sheshan à Shanghai. «Levons les yeux vers Marie , a dit le Saint Père, afin qu’elle nous aide à discerner la volonté de Dieu pour le cheminement concret de l’Eglise en Chine». «Marie nous encourage à offrir notre apport pour la communion entre les fidèles et pour l’harmonie de la société toute entière» , a ajouté François avant d’appeler à se maintenir toujours «ouverts à la rencontre et au dialogue». (JCP) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Regina Cœli : suivre le Christ suppose d'apprendre "l'art d'aimer"

dim, 21/05/2017 - 15:25
(RV) Lors de la prière du Regina Coeli, ce dimanche midi devant des milliers de fidèles rassemblés Place Saint-Pierre, le Pape est revenu sur l’Évangile du jour, qui reprend le passage de la dernière Cène de Jésus avec ses disciples. Dans ce moment dramatique, juste avant sa passion et sa mort, Jésus promet à ses disciples qu’ils recevront «un autre Paraclet» , c’est-à-dire un autre «avocat, défenseur et consolateur» , qu’il ne les laissera pas orphelins. «Ces paroles transmettent la joie d’une nouvelle venue du Christ : ressuscité et glorifié, il demeure dans le Père, et en même temps, il vient à nous dans l’Esprit Saint» . «Qui m’aime sera aimé de mon Père et moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui» , promet le Christ à ses disciples. «Le Seigneur aujourd’hui nous appelle à répondre généreusement à l’appel évangélique à l’amour, en mettant Dieu au centre de notre vie et nous dédiant au service des frères, spécialement ceux qui ont le plus besoin de soutien et de consolation» , a rappelé le Pape François. «Une communauté de chrétiens doit donc vivre dans la charité du Christ» , spécialement à l’égard des personnes spirituellement les plus faibles, a martelé le Pape. «Combien d’entre elles se sont éloignées parce qu’elles ne se sont pas senties accueillies, comprises et aimées. Aussi pour un chrétien, savoir aimer n’est jamais une donnée acquise une fois pour toutes ; chaque jour, il faut recommencer, il faut s’exercer pour que notre amour envers les frères et les sœurs que nous rencontrons devienne mûr et purifié de ces limites ou péchés qui rendent partial, égoïste, stérile et infidèle. Chaque jour il faut essayer l’art d’aimer, chaque jour il faut suivre avec patience l’école du Christ, avec l’aide de l’Esprit» , a conclu le Pape François. (CV)     (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le Pape annonce la création de cinq nouveaux cardinaux

dim, 21/05/2017 - 14:47
(RV) C'est une surprise : au terme de la prière du Regina Coeli, ce dimanche 21 mai 2017, le Pape a annoncé la création de cinq nouveaux cardinaux. Ils seront élevés à la pourpre cardinalice le 28 juin prochain, à la veille de la fête des saints Pierre et Paul, le 29 juin, durant laquelle les nouveaux cardinaux concélèbreront la messe avec le Pape François et les nouveaux archevêques nommés durant l'année écoulée. Ces futurs nouveaux cardinaux sont : Mgr Jean Zerbo , 73 ans, archevêque de Bamako (Mali), très engagé dans le dialogue islamo-chrétien et dans la réconciliation nationale pour ce pays majoritairement musulman et fracturé par une guerre civile de 2012 à 2015. Mgr Anders Arborelius , 67 ans, évêque de Stockholm (Suède). Il avait accueilli le Pape dans son pays en 2016, dans le cadre d'une commémoration oecuménique de la Réforme luthérienne. Il devient le premier cardinal scandinave de l'histoire. Mgr Juan José Ornella , 71 ans, archevêque de Barcelone (Espagne). Il s'agit du seul siège traditionnellement cardinalice parmi les cinq nouveaux cardinaux qui seront créés le 28 juin. Mgr Louis-Marie Ling Mangkhanekhoun , 73 ans, vicaire apostolique de Paksé (Laos). Il devient le premier cardinal originaire de ce petit pays d'Asie du sud-est, dont le régime communiste autoritaire a longtemps bridé la liberté de la petite minorité catholique. Le dimanche 11 décembre 2016, 17 martyrs du Laos, parmi lesquels dix missionnaires français, morts pour la foi entre 1954 et 1970, avaient été béatifiés ensemble à Vientiane, la capitale de ce pays indépendant depuis 1953. Mgr José Gregorio Rosa Chavez , 74 ans, évêque auxiliaire de San Salvador (Salvador). Il s'agit du premier cardinal de l'histoire de ce petit pays très catholique d'Amérique centrale, marqué par la figure de Mgr Romero, assassiné en 1980 et béatifié en 2015. À noter qu'il est très inhabituel qu'un simple évêque auxiliaire soit élevé à la pourpre cardinalice, mais ce choix du Pape est certainement lié au très long service de cet évêque, en responsabilité dans ce diocèse depuis 1982, et qui a dû accompagner depuis 35 ans une communauté traumatisée par la mort de Mgr Romero, par la répression de l'ex-dictature d'extrême-droite et par l'insécurité liée notamment au trafic de drogue et à la pauvreté. Le nouveau cardinal salvadorien est également président de la Caritas pour l'Amérique latine et les Caraïbes. Il s'agira de la quatrième convocation d'un consistoire extraordinaire voué à la création de nouveaux cardinaux depuis le début du pontificat du Pape François. Il en avait créé 56 lors de trois consistoires en 2014, 2015 et 2016, offrant les premiers cardinaux de l'histoire à de nombreuses nations "périphériques" comme le Lesotho, la Papouasie Nouvelle-Guinée ou encore les Iles Tonga. Ce "mini-consistoire" de 2017 confirme cette attention portées à des territoires inhabituels, avec la création des premiers cardinaux de l'histoire du Mali, du Laos, du Salvador et de la Suède. «Leur provenance de diverses parties du monde manifeste la catholicité de l'Église, diffusée sur toute la terre, et l'attribution d'un titre ou d'une diaconie de l'Urbe (de "la Ville", de Rome, ndlr) exprime l'appartenance des cardinaux au diocèse de Rome, qui, selon la célèbre expression de saint Ignace, "préside à la charité" de toutes les Églises» , a expliqué le Pape. «Confions les nouveaux cardinaux à la protection des saints Pierre et Paul, afin qu'avec l'intercession du Prince des Apôtres, ils soient d'authentiques serviteurs de la Communion ecclésiale, et qu'avec celle de l'Apôtre des gentils, ils soient des annonciateurs joyeux de l'Évangile dans le monde entier, et qu'avec leur témoignage et leur conseil, ils me soutiennent plus intensément dans mon service d'évêque de Rome, pasteur universel de l'Église» , a exhorté le Pape François. (CV)       (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Face au chômage, le Pape plaide une nouvelle fois pour l'inclusion sociale

sam, 20/05/2017 - 15:16
(RV) «  Ecouter les pauvres  » pour les mettre au cœur du développement humain intégral : c’est l’appel lancé par le Pape François samedi 20 mai 2017. Il s’adressait aux participants du rassemblement international de la Fondation Centesimus Annus-Pro Pontifice, qui vise à promouvoir la doctrine sociale de l’Église. Le Saint-Père a salué leur volonté de «  développer des modèles de croissance économique centrés sur la dignité, sur la liberté et sur la créativité  » de la personne humaine. Le compte-rendu de Samuel Bleynie S’appuyant sur le travail de la fondation, le Pape a d’abord rappelé l’importance d’aborder la lutte contre la pauvreté comme un «  phénomène humain et pas seulement économique  ». Et qui mieux que les pauvres eux-mêmes pour mieux comprendre cette réalité ? «  Promouvoir le développement humain intégral, indique ainsi François , demande dialogue et engagement envers les besoins et les aspirations des personnes, demande d’écouter les pauvres et leur expérience quotidienne de privations multiples et superposées  ». Le Pape suggère la création de «  structures de médiation  » entre les communautés et le monde des affaires, où les pauvres soient à la fois «  les protagonistes principaux et les bénéficiaires  » des processus.  « Une telle approche de l’activité économique, basée sur la personne, encouragera l’initiative et la créativité, l’esprit entrepreneuriale et la communauté de travail et d’entreprise, et ainsi favorisera l’inclusion sociale et la croissance d’une culture de solidarité efficace. » Le Pape est ensuite revenu sur la question du chômage dans un contexte de révolution technologique et de transformation du marché du travail. Une nouvelle fois le Saint-Père a pointé ce fléau qui touche les jeunes en particulier, « Un phénomène qui ets arrivé à un niveau très grave»  a t-il noté. Ce thème était au cœur du rassemblement de la fondation Centesimus Annus-Pro Pontifice qui s'est réunie du jeudi 18 au samedi 20 mai. Rappelant, à la suite du Synode des évêques, que les situations d’incertitudes professionnelles contribuent souvent à l’augmentation «  des pressions et des problèmes familiaux  », François a invité à prendre en considération «  non seulement les individus mais aussi les familles  » dans la recherche de solutions. (OB-SBL) (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Venezuela : pour le cardinal Parolin, la sortie de crise passe par les urnes

ven, 19/05/2017 - 20:22
(RV) Alors que la crise politique, économique et sociale au Venezuela empire de jour en jour, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’état du Saint-Siège et ancien nonce apostolique à Caracas a de nouveau fait part de ses inquiétudes. Interrogé par nos confrères de la rédaction italienne, en marge d’un congrès organisé par la fondation Centesimus Annus à Rome, le 18 mai, le cardinal a souhaité qu’il y ait toujours une opportunité pour qu’une médiation vaticane puisse voir le jour. « Nous espérons qu’il y ait toujours cette possibilité, parce que cela voudrait dire que la situation serait un peu meilleure », a confié le cardinal Parolin. « Nous ne pouvons qu’espérer que cela arrive parce que qui se passe dans le pays est vraiment dramatique et risque de le devenir toujours plus » s’est-il inquiété. Le secrétaire d’état du Saint-Siège a rappelé également que la soution juste pour sortir le Venezuela de la crise était l’organisation d’élections, « donner la possibilité au peuple de s’exprimer selon ses choix, lui fredonner sa souveraineté afin de lui permettre de déterminer son avenir ». Le Venezuela est secoué depuis le 1er avril par une vague de manifestations et de violences dont le bilan est d’au moins 44 morts. Le chef de l’opposition vénézuélienne, Henrique Capriles, a accusé jeudi les autorités de Caracas de l’empêcher de  quitter le pays. (OB, avec agences)  (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Nouveau «Vendredi de la Miséricorde» pour le Pape François

ven, 19/05/2017 - 20:20
(RV) Malgré la fin de l’année sainte, le Pape François a décidé de poursuivre le principe des « Vendredi de la Miséricorde » instaurés pendant le jubilé. Ainsi, ce vendredi 19 mai, le Saint-Père est sorti du Vatican par surprise direction Ostie, pour donner un signe de proximité aux familles résidentes en périphérie de la capitale italienne. Dans cette station balnéaire d’environ 100.000 habitants en banlieue de Rome, le Pape est venu bénir une à une des maisons des habitants, comme devait le faire le père Plinio Poncina, prêtre de la paroisse Stella Maris, en cette période pascale. Nombreux sont les occupants de ces maisons qui ont été surpris lorsqu’ils ont ouvert au Pape François qui frappait à leur porte. Suivi des familles, il a ainsi béni une douzaines d’appartements d’un immeuble de la Place Francesco Conteduca 11. Le Pape a plaisanté sur la gêne occasionnée par sa visite surprise, mais assuré avoir respecté l’heure de silence pour la sieste d’après déjeuner, comme c’est inscrit sur une pancarte fixée à l’entrée de l’immeuble. Le Pape est reparti vers 18 heures. A travers ce geste du Vendredi de la Miséricorde, le Pape François s’est «  fait pasteur  » avec une grand simplicité et a ainsi voulu manifester la présence d’une Eglise en sortie, qui n’oublie pas de tendre la main aux simples et à ceux qui affrontent les difficultés de la vie au quotidien avec la force de la foi. Appartenant à la Commune de Rome, Ostie accueille une vive communauté de fidèles. Avec son terrain de foot adjacent, la paroisse est devenue un lieu de référence pour la communauté catholique et construit un point de repère pour les réalités sociales et existentielles qui, souvent, entrainent des exclusions et des marginalisations (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le pèlerinage militaire international de Lourdes, au service de la paix

ven, 19/05/2017 - 15:20
(RV) Entretien –  Le 59ème Pèlerinage Militaire International (PMI) s'ouvre à Lourdes ce vendredi 19 mai et se tiendra jusqu'au 21 mai. Le thème de cette édition est «  Donne nous la paix  ». Des mots qui font écho à ceux du Pape qui rappelle la vocation des militaires à être des artisans de paix. Environ 12 000 militaires et civils, originaires d’une quarantaine de nations sont attendus pour participer entre autre à des célébrations religieuses et festives mais aussi à des conférences-débats en présence d’autorités tel que Monseigneur Luc Ravel, administrateur de l’évêché aux armées, ou encore Mgr Louis Sako, le patriarche de Babylone des chaldéens. Nouveauté, cette année, des aumôniers de confession musulmane seront présents.  Crée au lendemain de la Seconde Guerre, ce pèlerinage est né à l’instigation de deux aumôniers militaires français et allemand et a très vite été soutenu par les autorités française et allemande pour célébrer la paix enfin advenue. Interrogé par Marie Renard, le Père Arnaud Berrone , aumônier militaire catholique français et directeur du pèlerinage International à Lourdes explique la particularité et la symbolique d’un tel moment.    (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Le Pape à Sainte-Marthe: «la vraie doctrine unit, l'idéologie divise»

ven, 19/05/2017 - 14:17
(RV) La doctrine vraie unit tandis que l’idéologie divise: tel est l’axe de réflexion que le Pape François a développé ce vendredi 19 mai, lors de son homélie matinale à Sainte-Marthe. Le Saint-Père est revenu sur la première lecture, tirée du livre des Actes des Apôtres où est relatée la fondation de la première communauté chrétienne. Dans cette communauté existaient déjà les jalousies et les luttes de pouvoir, a-t-il relevé, certains voulaient gagner et acheter le pouvoir. De cette expérience, le Pape a expliqué que les difficultés ont toujours existé à l’intérieur de l’Eglise : «  Nous sommes des humains, nous sommes des pécheurs  », mais le fait d’être pécheur nous porte à l’humilité et à nous approcher du Seigneur, qui nous sauve de nos péchés. François est revenu sur l’épisode où les païens, «  appelés par l’Esprit Saint à devenir chrétiens  » étaient choisis pour aller à Antioche, en compagnie de Paul et Barnabé. «  Certains disciples voulaient discuter des problèmes et les autres créaient des problèmes, en divisant l’Eglise, en disant que ce que disaient certains n’étaient pas les paroles de Jésus, que ce n’était pas la vérité  ». Les disciples ont fini par se mettre d’accord, mais cet accord n’est «  pas un accord politique  » a précisé le Pape, car c’est l’Esprit Saint qui les porte à renoncer à leurs exigences. Les seules règles sont celles de ne pas manger les viandes destinées aux idoles, de s’abstenir du sang, des animaux non saignés et des unions illégitimes. Se garder des idéologues François a mis en évidence la «  liberté de l’Esprit Saint qui "met d’accord", et qui permit aux païens de faire partie de l’Eglise « sans passer par la circoncision  ». Cet épisode est le «  premier concile de l’Eglise  » a expliqué le Saint-Père, réunit pour «  clarifier la doctrine  » comme le furent dans l’histoire les conciles d’Ephèse ou de Vatican II. «  C’est un devoir de l’Eglise que de clarifier la doctrine , a souligné le Pape, afin que l’on comprenne bien ce que Jésus a dit dans les Evangiles, que l’on comprenne quel est l’esprit des Evangiles  ». Mais, a relevé François, «  il y a toujours eu des gens sans autorité particulière qui ont perturbé la communauté chrétienne avec des discours sur ce que l’on pouvait dire ou non, ce qui était hérétique etc…  » Ces comportements sont ceux des fanatiques, comme l’ont toujours été ceux qui ont semé la zizanie pour diviser la communauté chrétienne. Le Pape a ainsi mis en garde contre la tentation d’avoir de la doctrine une vision idéologique. «  Ces individus n’étaient pas des croyants mais des idéologues,  a martelé le Saint-Père, ils véhiculaient une idéologie qui fermait le cœur à l’œuvre de l’Esprit Saint  ». L’Eglise, a-t-il conclu «  a son magistère propre, le magistère du Pape, des évêques, des conciles, et nous devons aller sur cette voie qui vient de la prédication de Jésus, de l’enseignement et de l’assistance de l’Esprit Saint, qui est toujours ouvert et libre  ». La doctrine véritable unit, les conciles unissent la communauté chrétienne, alors que l’idéologie divise. (OB)  (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Homélie à Sainte-Marthe: l’amour de Jésus est sans mesure

jeu, 18/05/2017 - 17:56
(RV) L’amour de Jésus est sans mesure, à l’inverse des amours mondaines qui recherchent pouvoir et vanité, a dit le Pape François lors de la messe à la Maison Sainte-Marthe ce jeudi 18 mai. Le Souverain pontife a souligné que la mission chrétienne est de « donner de la joie aux gens » et a réaffirmé que l’amour de Dieu est le « noyau » de la vie d’un chrétien. « Comme le Père m’a aimé, je vous ai aimé ». Le Pape a développé son homélie à partir de cette affirmation de Jésus qui souligne comme son amour est infini. Le Seigneur, a-t-il ensuite affirmé, nous demande de rester dans Son amour « parce que c’est l’amour du Père », et nous invite à observer ses Commandements. Certes, a dit le Pape, les dix Commandements sont la base, le fondement, mais nous avons besoin de suivre « toutes les choses que Jésus nous a enseigné, ces commandements de la vie quotidienne » qui représentent « un mode de vie chrétien ». Même s’il y a beaucoup de commandements de Jésus, « le noyau est un : l’amour du Père pour lui, et l’amour de Lui pour nous ». Le Pape a mis en garde contre les « amours qui éloignent du véritable amour de Jésus ». L’amour de Dieu est sans mesure, c’est plus qu’aimé bien. Car « la mesure de l’amour, c’est d’aimer sans mesure ». La mission du chrétien, c’est d’obéir à Dieu et donner de la joie aux autres. « L’amour et la joie sont un don » a souligné le Pape, des dons que nous devons demander à Dieu, pour transmettre cette joie aux gens à travers l’amour de Jésus. (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations

Calendrier des célébrations présidées par François en juin

jeu, 18/05/2017 - 17:35
(RV) Le maître des cérémonies pontificales Mgr Guido Marini a publié ce jeudi 18 mai le calendrier des prochaines cérémonies présidées par le Pape François au mois de juin. Le dimanche 4 juin il célèbrera la Pentecôte lors d’une messe Place Saint-Pierre à 10h30. Le 10, les célébrations de la solennité du Corps et du Sang du Christ se dérouleront sur le parvis de la cathédrale romaine Saint-Jean-de-Latran à 19 heures suivies d’une procession à Sainte-Marie-Majeure. Enfin, le dernier dimanche de juin, le 29, François présidera la messe pour Saints-Pierre-et-Paul à 9h30 en la Basilique Saint-Pierre. À cette occasion, le Saint-Père bénira les Pallium, cette pièce de tissu qui symbolise la brebis sur les épaules de Jésus, des nouveaux archevêques métropolites.   (Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)...
Catégories: Informations